Charles Robert Darwin - Топики_ Доклады _Сочинеия_Рефераты на Французском - Иностранные языки - Каталог файлов - AlexLat
Главная » Файлы » Иностранные языки » Топики_ Доклады _Сочинеия_Рефераты на Французском

Charles Robert Darwin
07.12.2013, 20:12
Charles Robert Darwin
Né le 12 février 1809, à Shrewsbury, dans le Shropshire, Charles Robert Darwin est le cinquième enfant d’une riche famille britannique. Son grand-père, Erasmus Darwin, est un médecin et un savant célèbre. En 1825, le jeune homme entame des études de médecine à l’université d’Edimbourg. Peu motivé, il préfère quitter Edimbourg pour l’université de Cambridge où il poursuit des études afin de devenir pasteur anglican. Il y rencontre alors le géologue Adam Sedgwick et le naturaliste John Stevens Henslow. Deux rencontres qui se révéleront déterminantes. En 1831, c’est Henslow qui a l’idée providentielle d’adresser une lettre de recommandation au capitaine du Beagle, un navire de recherche destiné à améliorer les relevés des côtes de Patagonie. De sorte que, lorsque le Beagle lève l’ancre en décembre de la même année, il a à son bord un jeune naturaliste fraîchement diplômé : Charles Darwin.

Des îles du Cap-Vert jusqu’aux Açores, en passant par les côtes sud-américaines, Tahiti, l’Australie et le Cap, la croisière se prolonge jusqu’en octobre 1836. Darwin amasse une somme considérable d’observations en géologie et en biologie. Il s’intéresse aux diverses formations géologiques des îles et des continents et recense une grande variété d’espèces fossiles et vivantes.

A son retour, Darwin poursuit ses recherches ; un héritage familial le mettant à l’abri du besoin. Il compare alors ses données avec les théories qui circulent. Ses observations géologiques confirment notamment les hypothèses de Sir Charles Lyell. Dans un ouvrage en deux volumes intitulé Principes de géologie (1830-1833), le géologue britannique contestait le catastrophisme. Selon cette théorie longtemps admise, la création des espèces avait lieu par vagues. Chaque vague était détruite par une catastrophe naturelle. Les fossiles ne représentaient alors que des traces des espèces disparues. Cette théorie, largement inspirée de la Bible, imposait la fixité des espèces, leur immuabilité. Or, Lyell affirmait dans ces ouvrages que la surface de la Terre était soumise à des changements continuels induits par des forces naturelles. 

Mais si Lyell conteste le catastrophisme, il ne remet pas en cause la fixité des espèces. Darwin va donc plus loin que lui. Le naturaliste note, d’une part, que les fossiles d’espèces supposées éteintes ressemblent beaucoup à certaines espèces vivantes. D’autre part, il n’observe que des variations minimes entre des espèces d’îles différentes. Pour lui, cela ne fait aucun doute : loin d’être fixes, les espèces se modifient.

Il commence à noter ses idées dans ses Carnets sur la transmutation des espèces et en 1838, il a déjà établi les grandes lignes de sa théorie de l’évolution des espèces. Pourtant, il se contente de publier son compte-rendu de voyage… Jusqu’au choc décisif provoqué par le manuscrit d’Alfred Russel Wallace. 

En février 1858, ce jeune naturaliste anglais se trouve sur les rivages de Ternate, dans les Moluques (Indonésie), en proie aux fièvres du paludisme. Les rares moments de répit lui laissent le temps de rédiger un court texte sur un problème qui le hante depuis trois ans : « la survivance du plus apte ». Après avoir signé sa lettre, il l’adresse à un naturaliste anglais en le priant de la transmettre à sir Charles Lyell, le célèbre géologue. Le premier destinataire de la lettre n’est autre que Charles Darwin. Ce dernier est alors obligé d’admettre ce fait incroyable : presque aux antipodes, un compatriote a, sans avoir eu connaissance de ses travaux, rédigé le résumé parfait de sa théorie. Sur les instances de Lyell, Darwin se résout à publier ce qui à ses yeux n’est que « l’extrait d’un essai sur l’origine des espèces ». L’éditeur, jugeant le titre trop complexe, l’abrège et Sur l’origine des espèces est présenté au public britannique le matin du 24 décembre 1859. Le soir même, les 1250 exemplaires ont été vendus.

La théorie de Darwin sur l’évolution par la sélection naturelle se fonde sur la compétition entre les jeunes de chaque espèce pour leur survie. Les survivants, qui donneront naissance à la génération suivante, possèdent les caractéristiques naturelles qui leur ont permis de survivre. Ces caractéristiques sont transmises à leur descendance, faisant de la nouvelle génération une génération mieux adaptée. Darwin établit donc les trois bases fondamentales de la théorie de l’évolution : depuis toujours la faune et la flore ont évolué, les lignées présentent d’innombrables variations de détails et, enfin, la sélection naturelle est si rigoureuse que la moindre variation utile fait triompher la lignée qui la possède. En cela, Darwin reprend à son compte les idées de Lamarck : influence des changements dans les conditions du milieu, hérédité des caractères acquis au cours de la vie (thèse qui sera infirmée plus tard). 

Les réactions aux théories de Darwin ne tardent pas. Certains biologistes avancent qu’il est incapable de prouver ses assertions. De plus, comment peut-il expliquer la transmission des variations aux générations suivantes ? Darwin ne peut répondre à ces objections. Il faudra attendre la naissance de la génétique moderne et les lois de Mendel pour pouvoir confirmer ses hypothèses. En fait, de nombreux scientifiques continuent à exprimer des doutes quelque cinquante années plus tard. Mais l’opposition la plus virulente vient des hommes d’Eglise. Les thèses de Darwin sur l’évolution des espèces vont à l’encontre des Ecritures sur la création de l’homme. Il place en effet l’homme au niveau de l’animal et, pis, le fait descendre du singe dans son ouvrage La lignée humaine qu’il publie en 1871. Néanmoins, la quasi-totalité de l’Eglise admet à la fin du XIXe siècle qu’il n’existe pas réellement de contradiction entre le concept d’évolution et les théories bibliques. 

Darwin travaillera à développer ses thèses jusqu’à sa mort, le 19 avril 1882. Il aura alors jeté les bases des principales théories modernes sur l ‘évolution et aura marqué de son empreinte toute la pensée moderne.
Категория: Топики_ Доклады _Сочинеия_Рефераты на Французском | Добавил: alexlat
Просмотров: 91 | Загрузок: 0 | Рейтинг: 0.0/0
Всего комментариев: 0
Добавлять комментарии могут только зарегистрированные пользователи.
[ Регистрация | Вход ]